samedi 28 mai 2022

Bogdan Bousca, photographe d’art

Né à Constanta en Roumanie, Bogdan Bouşcă a commencé la photographie en 2008. Pendant 12 ans, il a participé à plus de quarante expositions de photos à travers le monde et a publié des articles et des éditoriaux dans plus de trente magazines, artiste permanent d'une importante galerie d'art à Toronto, Canada, et actif dans de nombreuses maisons de vente aux enchères à travers l'Europe. À l'heure actuelle, il dirige l'un des événements photographiques les plus importants de Roumanie, appelé "Narrative Nude".

Racontez-nous vos débuts :
La première fois que j’ai tenu un appareil photo dans les mains, c’était en 2008. C’était par hasard, sans aucune intention de ma part de m’activer dans ce domaine. Un très bon ami à moi voulait mettre à jour son matériel photo en revendant l’ancien, bien sûr. Il m’a demandé d’acheter son vieil appareil photo et quelques objectifs à un prix très raisonnable. Au départ, j’ai refusé l’opportunité, ayant des priorités complètement différentes dans ma vie et un travail très épuisant à cette époque.

Pourquoi et comment avez-vous commencé dans ce domaine ?
J’étais dans cette situation quand j’ai commencé à regretter mon investissement, en essayant de prendre des photos en extérieur avec des résultats affreux… Ou complètement blancs, ou totalement noirs, flous etc… Pour ne pas être très déçu de moi-même, j’ai commencé à utiliser toute la patience qu’il me restait à ce moment-là et j’ai essayé de découvrir ce que signifient l’ouverture, le temps d’exposition et l’ISO, comment ce triangle fonctionne étape par étape, via Internet, quelques tutoriels à l’époque et quelques magazines et livres disponible dans les magasins à cette période. C’est de cette manière que j’ai commencé la photographie.

Qu’est-ce qui vous intéresse / sur quoi travaillez-vous dans votre art ?
Il y a plusieurs genres photographiques dans lesquels je m’exprime à travers mes photos : « Nu artistique », « portrait », « rue » et une tentative de « paysages marins ». Dans chacune de ces catégories, j’essaie d’insérer un thème, sans avoir un gros projet. Mon objectif (par rapport à ces thèmes utilisés) est basé sur une narration sans mots. Les seuls mots que j’utilise sont ceux du titre, dans une humble tentative de donner un indice aux téléspectateurs sur ce que je voulais dire.

Quels sont les points marquants de votre carrière ?
Mes expositions personnelles en France et en Roumanie, plus de 30 expositions collectives en Europe, Publié dans de nombreux magazines photo importants comme « PHOTO Magazine-France », « Photo-Reponse-France », « Photography Monthly-UK » et bien d’autres, actif dans quelques maisons de vente aux enchères, artiste permanent d’une galerie d’art au Canada et une aux États-Unis et pour finir, mon événement photographique, qui a eu lieu en Roumanie avec un concept original, nommé « Narrative Nude ».

Quel est le pire souvenir de votre carrière ?
Je ne peux pas dire que j’ai une carrière. Mais en ce qui concerne la pire expérience que j’ai eue, je peux seulement dire que je suis une personne non gagnante dans cette lutte contre la tendance dominante et commerciale qui bande les yeux des gens pour qu’ils oublient ou n’aient aucune idée de ce que l’art peut être.

Quels sont les aspects positifs ou négatifs de votre métier ?
La partie positive est que je peux me permettre de faire ce que j’aime le plus et de créer ce que je ressens personnellement, non dicté par les autres. La partie négative est le rôle de Don Quijote qui se bat avec une tendance dominante imparable qui a envahi tout ce qui signifie art et culture.

Des projets, des envies pour l’avenir ?
Mon objectif à long terme ou à court terme est de continuer avec cette insistance à avoir une image narrative basée sur l’âme et l’action au lieu d’une fausse beauté mélangée à des couleurs anormales, des post-processions excessives ou des gadgets hi-tech qui créent l’illusion de ce que la beauté signifie vraiment et qui ne représentent absolument rien, un ballon vide rempli de vent.

Qu’est-ce qui vous passionne / que vous défendez dans la vie ?
Ma principale passion est la photographie, autant que je réussis à la combiner avec une histoire, en créant une narration, visible et compréhensible pour les spectateurs.

Quels sont vos autres centres d’intérêts, loisirs ?
Littérature, histoire en général, Photographie, monde de l’art en général.

Quelle est/serait votre idée ?
« La meilleure image est toujours derrière vous » HCB

« Située à environ 40 km de Berlin, la ville de Wünsdorf a été établie en 1935 par Hitler comme quartier général de la Wehrmacht (l’armée unie de l’Allemagne nazie). C’était une oasis de beauté et de détente pour l’armée de généraux, d’officiers et d’autres hauts gradés militaires pendant la Seconde Guerre mondiale.
Un luxe abondant dans une période sombre et lugubre pour tout le continent européen. Après la défaite de l’Allemagne en 1945, Wünsdorf est devenue une ville soviétique fermée au cœur de l’Allemagne. Les habitants ont été évacués, les rues ont été restreintes à la circulation locale et la ville a été nommée par les Allemands « La Cité Interdite ». Elle est devenue l’hôte de plus de 50 000 soldats de l’Armée rouge, la plus grande base militaire d’Europe et en même temps la plus grande base militaire en dehors de l’ex-URSS, après la défaite du régime fasciste. Avec la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’ex-URSS en 1989, les troupes soviétiques ont été contraintes de quitter l’Allemagne, implicitement cette base militaire.
Il est resté intact depuis. Il n’a été ni reconditionné ni modifié de quelque manière que ce soit. Aucun cadre de fenêtre ou de porte n’avait été changé, tout est figé dans le temps. Une ville fantôme. Une zone peuplée uniquement de souvenirs, de fantômes du siècle dernier, de manuels d’histoire préservés sans pages. Un livre d’histoire vivant raconté par les murs des immeubles, les statues, les théâtres et les concerts, l’immense piscine, les salles à manger, les grandes salles, l’architecture époustouflante des escaliers et de ses rampes et les splendides jardins qui ne ressemblent qu’à un décrit dans le roman « Great Expectations » de Dickens. C’est là qu’Hitler a mis les pieds, tout comme Göring, Rommel, Himmler et bien d’autres comme les célèbres généraux fous de Staline pleins d’engouement et de fausse grandeur. Un lieu plein d’échos de voix et de sons de pas de bottes militaires cirées jusqu’au paroxysme. Des rires sarcastiques et des bruits métalliques sinistres provenant de tout l’arsenal d’armes, un mélange de voix chuchotées russes et allemandes qui se disputent et se battent encore derrière ces murs racontent et affichent leur suprématie aveugle et muette. Aujourd’hui, toute la structure pourrit par négligence délibérée, étant parfois visitée par des photographes et par des passionnés de ruines abandonnées ou de nostalgie historique, en échange d’une somme modique.
Avec beaucoup de difficulté j’ai essayé de faire une petite sélection de photos. Je suis conscient qu’allier nudité artistique et ruines ou lieux déserts n’est pas une invention nouvelle, mais dans ce cas, l’histoire de ce lieu est un atout. Je peux « sentir » l’Histoire dans les images, je peux entendre les voix du passé, figées dans le temps, exactement comme la photographie pourrait être décrite, l’immobilité d’une seconde.
Pourquoi la nudité ? Pour équilibrer la tristesse et la sobriété de ce lieu avec la beauté délicate et éternelle du corps de la femme. Une touche supplémentaire d’authenticité est également donnée par le fait que le modèle est d’origine allemande, préservant l’empreinte de ce projet photographique.
Fidèle au monochrome car je n’arrive pas à mettre en couleur les moindres tâches. Sans parler d’un cadre générique qui, s’il est devenu par la couleur, rend mes yeux perplexes et envoie mon âme dans une autre dimension, m’empêchant de voir les émotions devant moi. »
Texte et photos : Bogdan Bouşcă.

Autres Articles