jeudi 28 octobre 2021

Enzo Tomasini

Enzo Tomasini a débuté dans le cinéma à l'âge de 6 ans. Il monté les marches du Festival de Cannes à 13 ans grâce à un rôle dans le long métrage « BABYSITTING » de Philippe Lacheau. Passionné du 7ème art, après avoir joué dans des films, des téléfilms et des publicités, il se lance dans l'écriture d'un scénario.

Présentez-vous en quelques mots ? (métier, parcours, personnalité)

J’ai 19 ans, je suis comédien depuis que je suis tout petit ; j’ai joué dans mon premier film à 6 ans.  Passionné du 7ème art, je me suis pris de passion pour le métier de comédien. Vous avez peut-être pu me voir dans « BABYSITTING » de Philippe Lacheau, J’ai joué le rôle du petit gamin casse pied mais je vous rassure dans la vie je suis totalement différent.

Racontez-nous vos débuts :

J’ai tout d’abord commencé avec le film « la Balade de Kousky » avec Florence Thomassin qui de base ne devait être qu’une simple figuration et s’est transformé en second rôle car l’enfant qui devait jouer avec Florence a eu un empêchement.  Je me suis donc retrouvé en second rôle et pour le coup la sensation de me retrouver devant une caméra aussi imposante était très étrange mais j’ai fini par l’oublier et j’ai adoré l’expérience.

Pourquoi et comment avez-vous débuté dans ce domaine ?

J’ai eu la chance de me retrouver dans le monde du cinéma grâce à mon père. C’est un photographe passionné qui travaille dans tous les domaines de la photo que ce soit mode, sport et cinéma et c’est le photographe de plateau qui m’a permis de rentrer dans le milieu. Au départ j’ai commencé avec de la figuration et j’ai continué car j’ai tout de suite accroché avec le métier, le fait de changer de personnalité le temps d’une journée, d’être quelqu’un de nouveau. C’est cela qui m’a plu directement.

Qu’est-ce qui vous intéresse ?

Ce qui m’intéresse le plus c’est de m’investir dans la peau d’une personne totalement différente de ce que je peux être, apprendre à jouer un autre personnage, se placer dans un univers différent, se créer une sorte de monde parallèle.

Quels sont les points marquants de votre carrière ?

Le point le plus marquant de ma carrière est que grâce à Babysitting, j’ai eu la chance de monter les marches du Festival de Cannes. J’avais alors à peine 13 ans, j’étais comme dans un rêve. Etre dans ce lieu incroyable c’était impensable pour moi.

Quels sont vos projets, envies pour l’avenir ?

Actuellement je suis sur un gros projet ; j’écris depuis peu mon propre scénario, en espérant un jour le montrer au grand public.

Quel est le pire souvenir de votre carrière ?

Et bien je dirais que le pire souvenir vient de Babysitting. Pourquoi ? Voyez-vous cette scène où Franck ramène Remi à la maison après sa crise d’asthme et qu’il lui donne un coup à la tête sur la statue et bien, sur cette scène là je me suis blessé aux cervicales et le médecin que l’on a vu voulait me faire arrêter le tournage ce qui aurait été une catastrophe pour toute la production. J’ai dormi une bonne nuit, pris des cachets et on a continué.

Quels sont les aspects positifs ou négatifs de votre métier ?

L’aspect positif principal de mon métier, je dirais qu’il y a toujours des gens extrêmement bienveillants et gentils. Le fait de sentir que l’on apporte quelque chose de positif à des personnes qui nous sont étrangères c’est merveilleux et pourtant je ne fais que mon travail mais le 7ème art fait rêver. On peut oublier son quotidien le temps de quelques heures et faire voyager beaucoup de monde sans qu’ils ne bougent de chez eux. L’aspect négatif, malheureusement il y en a beaucoup, le harcèlement, notamment être suivi partout, ne pas pouvoir se balader en famille. Heureusement ça ne m’est pas arrivé depuis un moment et ça ne me manque pas. 

« Le 7ème art fait rêver. On peut oublier son quotidien le temps de quelques heures et faire voyager beaucoup de monde sans qu’ils ne bougent de chez eux. « 

Arrivez-vous à vivre de votre métier ?

 Vivre de mon métier, malheureusement non. Malgré tout ce que j’ai pu faire auparavant, films, téléfilms, pubs, cela ne me permet pas encore d’en vivre.

Qu’est-ce qui vous passionne / que vous défendez dans la vie ?

La tolérance et l’ouverture d’esprit, accepter les autres comme ils sont et le droit à tous d’être différent.

Quels sont vos autres centres d’intérêts, loisirs ?

Comme tout jeune je pense, c’est de sortir avec ses amis, profiter de l’insouciance et la fourberie de l’adolescence mais j’aime surtout m’ouvrir au monde qui m’entoure. Je suis depuis quelques temps les pas de mon père en m’intéressant à la photo et j’adore ça, même si j’ai encore beaucoup à apprendre.

Quelle est votre devise ?

Elle est très bateau mais ne jamais perdre espoir, il y a toujours une sortie qui nous mènera vers nos envies, ne jamais laisser tomber tout simplement.

https://we.welovart.com/membres-welovart/enzo/photos/

Autres Articles