mercredi 28 octobre 2020

L.A. Dance Project App, la danse à l’ère du numérique

Dans un contexte de post-confinement inédit, difficile pour les danseurs de joindre les deux bouts. Comment continuer à faire vivre sa troupe sans pouvoir se produire publiquement ? Aux États-Unis, la compagnie L.A. Dance Project a imaginé une plateforme digitale innovante qui pourrait bien être une solution pour surmonter la crise.

À l’heure où les théâtres et opéras rouvrent progressivement leurs salles dans certains pays, l’espoir d’une reprise est encore loin d’être envisageable aux États-Unis. Pour Benjamin Millepied, danseur étoile et chorégraphe, hors de question pour autant de stopper les activités de sa compagnie L.A. Dance Project, fondée à Los Angeles en 2012. S’il ne peut plus aller chercher les spectateurs physiquement, c’est bien virtuellement qu’il pourra créer de l’audience.

Cela faisait plusieurs années que l’idée de concevoir un projet digital lui traversait l’esprit. Néanmoins, Benjamin Millepied n’avait pas le temps de s’y pencher concrètement. L’arrêt prématuré de leur tournée a été l’occasion de concrétiser ses ambitions afin de continuer à créer du lien avec le public et de maintenir L.A. Dance Project en vie.

Donner accès à des ressources inédites

Si le projet était auparavant freiné par l’emploi du temps chargé de la compagnie, il s’est alors imposé comme une évidence. Lucinda Lent, directrice exécutive, explique : « Dès que nous avons été confinés, il nous a semblé évident que c’était sur ça qu’il fallait se concentrer. » En l’espace de sept semaines, la plateforme était lancée.

Cette application, pensée comme une « extension de la compagnie », propose un contenu numérique exclusif, allant au-delà de la diffusion de représentations filmées. L.A. Dance Project App souhaite proposer une matière différente, plus innovante et interactive. Conçue comme une plateforme de ressources, l’idée est de fournir les outils d’apprentissage nécessaires aux danseurs et aux chorégraphes apprentis.

En plus des cours de danse, la plateforme propose des films réalisés par Benjamin Millepied.

Photo LADP

On peut ainsi y trouver des interviews de professionnels du métier, des recommandations ou encore des lives d’intervenants divers. En plus de cette documentation, l’application propose également des cours de danses en ligne et des masterclasses. Elles sont données par des danseurs de la compagnie, des chorégraphes invités et Benjamin Millepied lui-même.

Réinventer le métier de danseur

Cette fonctionnalité a ainsi permis aux membres de L.A. Dance Project de continuer à pratiquer, mais surtout de repenser leur métier. Pour Daisy Jacobson, l’une des danseuses, le lancement de la plateforme a été un véritable challenge à relever. Si elle avait déjà eu l’occasion d’enseigner la danse auparavant, il ne lui était pas pour autant évident de donner des cours à distance chaque semaine, depuis son domicile.

« J’étais tellement nerveuse de parler face à la caméra, se souvient-elle. Je manquais de confiance en moi, mais après m’être entraînée et avoir découvert quels étaient mes objectifs en tant que professeure, j’ai été inspirée à la fois par la danse et par l’enseignement. » Cette nouvelle facette de son métier va d’ailleurs de plus en plus s’approfondir.

Une plateforme payante

L’application n’est pas lancée provisoirement. C’est un projet complémentaire pérenne qui s’accordera avec la reprise des représentations et se développera davantage avec le temps. Si c’est un moyen pour la compagnie de survivre aujourd’hui, ce sera une recette supplémentaire une fois la crise passée. En effet, la plateforme est payante, avoisinant les neuf euros par mois.

Le prix de l’abonnement est justifié pour Lucinda Lent : non seulement l’application propose des cours exclusifs mais en plus, gérer une compagnie a un coût. Depuis le confinement, certaines organisations d’art vivant ont pu partager du contenu gratuit et accessible à tous pour leur audience.

Sur L.A. Dance Project App, les danseurs de la compagnie proposent des cours privés en ligne.

Photo LADP

Bien que Lucinda Lent trouve la gratuité admirable, elle ne pense pas que cela soit vraiment viable financièrement. Elle précise : « Je pense que nous sommes des pionniers. Ce que nous proposons est inédit, mais tout le monde finira par s’y mettre. »

À ce jour, L.A Dance Project App est la seule plateforme payante liée à une compagnie de danse spécifique mais elle pourrait très bien être précurseur dans son domaine. Pour Benjamin Millepied, c’est en tout cas une solution engageante et durable qui aide déjà pleinement sa compagnie à braver la crise.

Autres Articles

Yves Chollet, photographe de mode

Présentez-vous en quelques mots ? (métier, parcours, personnalité) Après...

Turner et l’aquarelle, une histoire de couleur et de lumière

L’expression "maître de la lumière" prend tout son sens à l’exposition Turner du musée Jacquemart-André. Tout en progression, le musée montre comment...

Emilie Poteau, des mains au service de la tapisserie

"Quand j’ai vu les lissières en action, je suis tombée amoureuse." se rappelle Emilie Poteau. C’est à l’Académie des Beaux-Arts de...

L.A. Dance Project App, la danse à l’ère du numérique

À l’heure où les théâtres et opéras rouvrent progressivement leurs salles dans certains pays, l’espoir d’une reprise est encore loin d’être envisageable...

Olivier Föllmi, sagesses de photographe

À 18 ans, Olivier Föllmi taille la route direction l’Afghanistan. Des amis l’ont invité à se joindre à eux pour gravir...

Quand Zoom fait renaître le mystère de Toutânkhamon

L’accès restreint à l'art a dû peser sur certains pendant ces deux mois de confinement. El Greco, Turner, Christo et Toutânkhamon…...